Menu






















 



À propos |  Comités et commissions |  AGA |  Bulletin |  Plan du site |  Nous joindre      Imprimer la page
   Nouvelles

Semaine nationale des entraîneurs - L’inépuisable Léonard Brisson

Depuis maintenant 58 ans, Léonard Brisson se donne corps et âme au profit du tir à l’arc, sport auquel il a grandement contribué à son développement au Québec. Et tenez-le pour dit, il est toujours aussi passionné et ne compte surtout pas ralentir la cadence.
 
C’est en 1962, alors qu’il était directeur des sports au Collège St-Sacrement à Terrebonne, que M. Brisson découvre cette discipline qui allait l’émerveiller pour les années à venir.
 
« Je ne connaissais pas ça et quelques garçons sont arrivés avec des petits arcs en fibre de verre. Je me suis posé la question : est-ce que j’avertis les parents, ou bien j’encadre l’activité et la supervise ? J’ai choisi la deuxième option », raconte-t-il.
 
En contactant certains adeptes du tir à l’arc par la suite, Léonard Brisson s’est lancé dans cette aventure, est devenu entraîneur et grand adepte de ce sport.
 
De fil en aiguille, celui qui est originaire de Saint-Jacques-de-Montcalm a formé les athlètes de tous les niveaux en partageant sa passion et ses connaissances. Quelques années seulement après avoir découvert le tir à l’arc, voilà qu’il était nommé entraîneur de l’équipe canadienne en vue des Jeux olympiques de Montréal, en 1976.
 
Un événement gravé à tout jamais dans sa mémoire. « L’entrée au stade lors de la cérémonie d’ouverture en entendant les cris de la foule, la musique et les applaudissements, c’est quelque chose d’inoubliable », se remémore M. Brisson, qui épaulera aussi les athlètes dans leur préparation en vue des Jeux suivants.
 
Léonard Brisson a pris part à d’autres compétitions internationales, dont cinq Jeux du Canada à titre d’entraîneur de l’équipe du Québec, remportant la médaille d’or à quatre occasions.
 
En plus des résultats grandioses signés par ses protégés à de grandes compétitions, son parcours l’a également mené à un poste d’entraîneur à l’Université Laval qu’il a occupé près de 20 ans. Il a fondé plusieurs clubs et s’est impliqué auprès de nombreux organismes au Québec visant à promouvoir le sport et le bien-être des jeunes.
 
Fierté
 
Léonard Brisson a contribué à l’émergence de nombreux athlètes d’excellence. De ce lot, on retrouve Lucille Lessard, qui aura particulièrement marqué M. Brisson.
 
« J’enseignais le latin à Loretteville à l’époque et dirigeais le club de tir à l’arc. Lucille Lessard a voulu rejoindre le groupe, qui était seulement composé de garçons », raconte celui qui a initié environ 10 000 jeunes au tir à l’arc au fil du temps. « Elle m’a répondu que ça ne lui faisait rien, qu’elle voulait battre les gars au tir à l’arc. J’ai accepté qu’elle se joigne à nous et un an plus tard, elle était aux Jeux du Québec. »
 
Lucille Lessard aura connu une carrière phénoménale en remportant plusieurs titres canadiens et en s’illustrant à l’international, pour finalement être intronisée au Temple de la renommée des sports du Canada et au Temple de la renommée olympique du Canada. Le tout principalement grâce à la décision de M. Brisson de l’accueillir dans son équipe.
 
Jacob Gagnon du Club Kamentukash est un autre de ces athlètes qui rendent Léonard Brisson si fier. Âgé de 15 ans, Gagnon brille actuellement sur les scènes provinciale et nationale et cumule maintenant 16 records.
 
« Chaque fois que je vois tirer des champions comme Jacob Gagnon, j’ai l’impression de tirer moi aussi. Je revis les moments où j’ai tiré par ce que j’enseigne », mentionne Léonard Brisson, n’hésitant pas à qualifier l’athlète d’espoir olympique.
 
Lucille Lessard et Jacob Gagnon ne sont que deux exemples parmi tant d’autres qui ont profité des judicieux conseils de Léonard Brisson pour atteindre les plus hauts niveaux. Un autre fait d’armes spécial dans sa carrière est d’avoir aidé son fils Martin à atteindre l’équipe provinciale de tir à l’arc dans les années 1990.
 
Sans même rafler une médaille ou signer un record, les archers dirigés par M. Brisson le rendent tous fier et chaque réussite le comble de bonheur. « Quand les jeunes réussissent leur but, peu importe lequel, ils sont très heureux et sont excités d’en parler aux autres. Ça me passionne d’y contribuer et de voir que je peux les habituer à se donner des objectifs dans la vie. »
 
« L’entraîneur bulldozer »
 
« J’ai l’impression de ne jamais avoir frappé mon Waterloo », lance Léonard Brisson, qui se qualifie d’« entraîneur bulldozer », comme quoi rien ne peut l’arrêter.
 
« Le tir à l’arc est un sport extraordinaire qui a fait son chemin depuis tout ce temps et qui survit. Un peu comme moi !  J’ai fait face à plusieurs embûches, il y a eu beaucoup de bois dans mes roues, mais mon bulldozer continue », image-t-il, tout en remerciant son épouse de l’avoir soutenu dans son implication durant les 58 dernières années.
 
Léonard Brisson partage aujourd’hui son expérience et ses connaissances pour donner un coup de main chez Tir à l’arc Québec afin de déterminer les critères de classification des athlètes. Il a aussi collaboré au déploiement du Labotaq pour mettre de l’avant l’entraînement en biofeedback.
 
L’objectif étant maintenant de l’introduire dans tous les clubs de tir à l’arc du Québec.

Archives


  



Les rencontres à l'agenda

 Championnat du Québec

Secteur animalier 3D
________________
Championnat du Québec

Secteur concentrique
30, 31 août et 1er sept. 2019
Sherbrooke



 

Partenaires

 
© Tous droits réservés, www.ftaq.qc.ca 2010